Jeudi 24 Septembre 2020 -20h15 – La Communion

LA COMMUNION

Film de Jan Komasa – Pologne, 2020 -VOSTF – 115mn

f9c912d4dad8d70f04cd92944b096cb9363e93caDaniel, 20 ans, se découvre une vocation spirituelle dans un centre de détention pour la jeunesse mais le crime qu’il a commis l’empêche d’accéder aux études de séminariste. Envoyé dans une petite ville pour travailler dans un atelier de menuiserie, il se fait passer pour un prêtre et prend la tête de la paroisse. L’arrivée du jeune et charismatique prédicateur bouscule alors cette petite communauté conservatrice.

Brûlot politique, « La Communion » atteste de la vitalité d’un cinéma polonais touché, comme son héros ambivalent, par la grâce.(Cinémateaser)

Lundi 21 Septembre 2020 -20h15 -Made in Bangladesh

MADE IN BANGLADESH

Film de Rubaiyat Hossain – Bangladesh,2019 -VOSTF – 95 mn

Affiche-212x300Shimu, 23 ans, travaille dans une usine textile à Dacca, au Bangladesh. Face à des conditions de travail de plus en plus dures, elle décide avec ses collègues de monter un syndicat, malgré les menaces de la direction et le désaccord de son mari. Ensemble, elles iront jusqu’au bout.

Avec des acteurs formidables, un scénario au cordeau et un cadre maîtrisé qui s’enrichit à chaque scène de détails forts, Rubaiyat Hossain parvient à faire de ce récit attendu une épopée captivante dont la dureté s’intensifie chemin faisant.(Le Journal du Dimanche)

 

 

Lundi 14 Septembre 2020 – 20h15 – Terminal Sud

TERMINAL SUD

Film de Rabah Ameur-Zaïmech -Algérie,2019 – VOSTF- 96mn

5051454Dans un pays plongé dans un climat d’insécurité et de conflit armé, un médecin tente malgré tout d’accomplir son devoir au sein d’un centre hospitalier, jusqu’au jour où son destin bascule…

L’imprécision géographique et temporelle voulue par le cinéaste lui permet d’évoquer toutes les guerres civiles et d’interroger la versatilité de l’engagement moral. Un questionnement intime et douloureux porté par l’interprétation du toujours parfait Ramzy Bedia.(Le Nouvel Observateur)

 

 

 

Mardi 15 Septembre 2020 – 20h15 – Des Hommes

DES HOMMES

Film documentaire documentaire de Jean-Robert Viallet et Alice Odiot -France, 2020- 83mn

066216425 jours en immersion dans la prison des Baumettes. 30 000 mètres carrés et 2 000 détenus dont la moitié n’a pas 30 ans.
Une prison qui raconte les destins brisés, les espoirs, la violence, la justice et les injustices de la vie. C’est une histoire avec ses cris et ses silences, un concentré d’humanité, leurs yeux dans les nôtres.

Les réalisateurs Alice Odiot et Jean-Robert Viallet ont filmé le centre pénitentiaire de Marseille pendant vingt-cinq jours. Ils signent un film bouleversant.(Le Parisien)

 

 

 

Lundi 7 Septembre 2020 -20h15 -La Cordillère des Songes

LA CORDILLÈRE DES SONGES

Film de Patricio Guzman – Chili, 2019 -VOSTF – 85mn

x720Au Chili, quand le soleil se lève, il a dû gravir des collines, des parois, des sommets avant d’atteindre la dernière pierre des Andes. Dans mon pays, la cordillère est partout mais pour les Chiliens, c’est une terre inconnue. Après être allé au nord pour Nostalgie de la lumière et au sud pour Le bouton de nacre, j’ai voulu filmer de près cette immense colonne vertébrale pour en dévoiler les mystères, révélateurs puissants de l’histoire passée et récente du Chili.

Le réalisateur chilien, exilé à Paris après le coup d’État de Pinochet, livre une œuvre de maturité qui mêle paysage, réflexion politique et souvenirs d’enfance.(L’Humanité)

Lundi 29 Juin 2020 – Adam – Séance Annulée

ADAM

Film de Maryam Touzani – Maroc, 2020 – 100mn

Adam

Dans la Médina de Casablanca, Abla, veuve et mère d’une fillette de 8 ans, tient un magasin de pâtisseries marocaines. Quand Samia, une jeune femme enceinte frappe à sa porte, Abla est loin d’imaginer que sa vie changera à jamais. Une rencontre fortuite du destin, deux femmes en fuite, et un chemin vers l’essentiel.

Dans un huis clos où deux étrangères vont s’affronter puis s’entraider – une jeune femme enceinte et une veuve –, Maryam Touzani livre un portrait intimiste et pictural d’une grande beauté, un brûlot féministe contre la condition aliénante des femmes.(Marie Claire)